gastrointestinal-endoscopy-1307
Juillet 2013

Gastrointestinal Endoscopy

Modifications in endoscopic practice for the elderly. GUIDELINE.

GASTROINTEST ENDOSC 2013; 78: 1-7.

Pour toutes les endoscopies du sujet âgé, une dose moindre de sédatif est recommandée de même qu’un monitoring pendant et après l’endoscopie. En dehors de la coloscopie, les risques ne sont pas majorés (gastroscopie – CPRE). Pour la coloscopie, les risques sont multipliés par deux au-delà de 80 ans. A partir de 75 ans, le dépistage endoscopique est à individualiser et déconseillé au-delà de 85 ans. La préparation est souvent difficile et il est recommandé de prendre les solutions de PEG en deux fois (split dose).

 

Long-term outcome of palliative therapy for gastric outlet obstruction caused by unresectable gastric cancer in patients with good performance status: endoscopic stenting versus surgery. J. HEE NO.

GASTROINTEST ENDOSC 2013; 78: 55-62.

Chez 113 patients avec obstruction gastrique tumorale les résultats de stents métalliques expansifs (n=72) ont été comparés avec la gastrojejunostomie. Le taux de succès et de complications précoces est le même dans les deux groupes. Le taux de complications tardives est nettement supérieur après traitement endoscopique (44,4% VS 12,2%). La survie moyenne est plus élevée dans le groupe chirurgie mais ceci est uniquement vrai chez les patients ambulatoires où la différence est de 111 jours. La chirurgie est donc à conseiller chez les patients en bon état général.

 

Endoscopic mucosal tissue sampling. GUIDELINE.

GASTROINTEST ENDOSC 2013; 78:216-224.

Cet article revoit les recommandations pour les biopsies endoscopiques et leur degré d’évidence. En résumé, une seule biopsie n’est jamais suffisante pour exclure une pathologie recherchée. Par exemple, pour la colite microscopique, il est suggéré deux biopsies du sigmoïde, et deux biopsies à un ou plusieurs sites en amont. Une biopsie rectale unique est donc insuffisante en cas de diarrhée.

 

Novel oral anticoagulants in gastroenterology practice. REVIEW.

Cette revue synthétise – comme l’article de GASTROENTEROLOGY cité plus haut – les données concernant l’hémorragie digestive avec les nouveaux anticoagulants (en y ajoutant des tableaux et des schémas concernant le métabolisme des médicaments et le traitement des hémorragies). Elle y ajoute d’autres données parfois peu connues: le dabigatran (PRADAXA) peut entrainer des symptômes de reflux et des lésions inflammatoires de l’œsophage.