gastroenterology-0705
Mai 2007

Gastroenterology

Update on small bowel imaging. MB WALLACE.

GASTROENTEROLOGY 2007; 132: 1651-1654.

Dans une rubrique nouvelle (Imaging and advanced technology), les auteurs font le point sur l’imagerie de l’intestin grêle. Voilà qui est utile en cette époque où les radiologues capables de réaliser un transit baryté du grêle sont en voie de disparition.

L’examen par capsule est l’option de choix pour une suspicion de pathologie de l’intestin grêle en l’absence d’obstruction. En cas de suspicion d’obstruction ou de tumeur, de même, en cas de maladie de Crohn, l’ « entérographie » par CT scan (coupes fines après ingestion d’un volume de contraste oral neutre comme l’eau) est une alternative raisonnable. Après identification d’une lésion ou en cas de suspicion de lésion et de tests négatifs, une entéroscopie (double ballon) est indiquée et permet un éventuel traitement.

 

AGA Institute medical position statement on acute pancreatitis.

GASTROENTEROLOGY 2007; 132: 2019-2021.

Un court texte (3 pages) résume un texte plus long (23 pages – technical review) et condense les recommandations.

A l’admission, le diagnostic est suspecté sur base des douleurs et d’une élévation des enzymes pancréatiques (>3N). Tous les patients doivent avoir un dosage des enzymes hépatiques, des triglycérides et du calcium. Tous doivent avoir une échographie à la recherche de lithiase vésiculaire ou cholédocienne. Tous les patients doivent être perfusés (vigorous fluid resuscitation), souvent recevoir de l’oxygène et des antidouleurs.

Un CT scan est réalisé après 72h avec contraste IV pour préciser le degré de nécrose dans les pancréatites présumées sévères, et chez les patients de plus de 40 ans (possibilité de tumeur).

Une nutrition entérale ou parentérale n’est à envisager que si le patient ne peut rien prendre per os pendant plus de 7 jours. Les antibiotiques ne sont pas indiqués.

Si vous voulez en savoir plus: scores de sévérité – rôle de l’ERCP, etc…, procurez-vous le texte long.