gastroenterology-1402
Février 2014

Gastroenterology

Mechanisms of obesity-induced gastrointestinal neoplasia. JO ALEMAN.

GASTROENTEROLOGY 2014; 146: 357-373

Les mécanismes des néoplasies liées à l’obésité sont complexes et incomplets (le microbiote intestinal est un des acteurs) mais le résultat est clair: 20% des cancers sont liés à l’obésité. Le risque de cancer de l’œsophage (adénocarcinome) est augmenté de 50% (RR – risque relatif 1,5) et la forte augmentation d’adénocarcinomes de l’œsophage lui est peut-être liée. Une augmentation de BMI (body mass index) de 5 kg/m² confère un risque relatif de cancer colorectal de 1,24 et celui de cancer du pancréas de 1,07 à 1,12. Le risque de cancer de la vésicule est augmenté chez la femme (RR 1,59), celui du cancer du foie chez l’homme – RR 1,24.

 

Accuracy of magnetic resonance enterography in assessing response to therapy and mucosal healing in patients with Crohn’s disease. J. ORDAS.

GASTROENTEROLOGY 2014; 146: 374-382.

Cette étude de 48 patients souffrant de la maladie de Crohn soumis à un bilan (EntéroIRM – iléocoloscopie – CRP – calprotectine) avant et après 12 semaines de traitement (dont 2/3 traités par adalimumab et ½ par corticostéroïdes) montrent une très bonne corrélation entre la guérison muqueuse à l’endoscopie et la résonnance magnétique. Par contre, la corrélation avec la calprotectine fécale est moyenne, celle avec la CRP mauvaise. L’examen par RMN a l’avantage d’être global et de déceler des complications (5 sténoses – 3 fistules – 1 abcès). Il est compliqué puisque associant l’ingestion d’un contraste oral associé à du mannitol et un lavement à l’eau (10% des patients ont décliné l’examen de contrôle).

 

Increased effectiveness of early therapy with antitumor necrosis factor x VS an immunomodular in children with Crohn’s disease. TH. D. WALTERS.

GASTROENTEROLOGY 2014; 146: 383-391.

Dans un groupe de 552 enfants atteints de la maladie de Crohn trois triades de 68 patients comparables ont été évalués après traitement: anti TNF – immunomodulateurs précoces – pas d’immunomodulateurs précoces. Les anti TNF sont modérément plus efficaces et surtout sont les seuls à améliorer la croissance.

 

Patients with colorectal tumors with microsatellite instability and large deletions in HSP110T17 have improved response to 5-fluorouracil-based therapy. A. COLLURA.

GASTROENTEROLOGY 2014; 146: 401-411.

25% des patients avec un cancer colorectal stade II-III et instabilité des microsatellites ont la signature moléculaire mentionnée plus haut. Ils ont un excellent pronostic après traitement au 5 FU: 94% restant sans récidive après 5 ans (VS 64% des autres patients). La génétique moléculaire permet progressivement une signature moléculaire de chaque cancer et par là une chimiothérapie plus ciblée.

 

A MELD- based model to determine risk of mortality among patients with acute variceal bleediry. E. REVERTER.

GASTROENTEROLOGY 2014; 146: 412-419.

179 cirrhotiques hospitalisés pour hémorragie digestive ont été analysés et les résultants validés sur deux cohortes de 240 et 221 patients ultérieurs. Les modèles pronostiques ont été: MEL – Child – Pugh – Augustin – d’Amico. Le MELD (model for enstage liver disease – www.mayoclini.org/meld/mayomodel6.html) amélioré se révèle le plus utile: alors que la mortalité globale à 6 semaines est de 16%. Un score de 19 est associé à une mortalité de 20% – un score de 11 à une mortalité de 5%. Si cela se confirme et est facile à calculer d’adapter le traitement au risque par exemple d’envisager plus vite un TIPS chez les patients à risque élevé, considérer un séjour court dans les risques faibles.

 

Rifaximin alters intestinal bacteria and prevents stress-induced gut inflammation and visceral hyperalgesia in rats. D. XV.

GASTROENTEROLOGY 2014; 146: 484-486.

Certes, il s’agit de rats mais montrer qu’un antibiotique, augmentant la population de lactobacillus, prévient une inflammation du tube digestif et une hyperalgésie permet de comprendre les résultats obtenus dans le colon irritable.