gastroenterology-1408
Août 2014

Gastroenterology

Comparison of magnetic resonance and balloon entéroscopic examination of the small intestine in patients with Crohn’s disease. K. TAKENAKA.

GASTROENTEROLOGY 2014; 147: 334-342.

100 patients japonais atteints de maladie de Crohn ont été soumis à une entérocolonographie par résonance magnétique et à une entéroscopie rétrograde qui a permis d’explorer en moyenne 200 cm au-dessus de la valve iléocoecale. Les résultats détaillés de l’intestin grêle montrent que la résonance est un bon examen pour déceler l’inflammation du grêle (sensibilité de 82% pour les lésions ulcérées) mais assez moyen pour la détection de sténoses, ne décelant les sténoses majeures (ne laissant pas passer l’entéroscope) qu’une fois sur deux !

 

Low rate of large polyps (> 9 mm) within 10 years after adequate baseline colonoscopy with no polyps. DA. LIEBERMAN

GASTROENTEROLOGY 2014; 147: 343-350.

Cette étude est extraite d’une base de données endoscopiques nationales américaines portant sur 264.184 coloscopies de dépistage. Les deux données importantes qui en ressortent sont la nécessité de répéter une endoscopie quand la première n’est pas de bonne qualité et la rareté de récidives en cas de bon examen initial négatif. 1806 patients ont eu une deuxième endoscopie endéans l’année suivant l’examen de dépistage initial où la préparation était insuffisante, où parfois l’examen incomplet: 6,5% avaient un polype > 9 mm CAD un taux similaire à celui des patients n’ayant pas eu de coloscopie. Les patients dépourvus de polype à l’examen initial, examinés entre 5 et 10 ans plus tard, n’avaient un gros polype (> 9 mm) que dans 3,7% des cas.