revue-des-revues
Décembre 2013

Endoscopy

Endoscopic plastic stenting for bile druct stones: stent changing on demand or every 3 months. A prospective comparison study. P. DI GIORGIO.

ENDOSCOPY 2013; 45: 1014-1017.

Il n’est pas toujours possible d’extraire endoscopiquement une lithiase cholédocienne et il est d’usage de poser un stent plastique, ce qui fut le cas chez 78 patients dans 4 centres tertiaires italiens. Les patients ont été randomisés: remplacement systématique des stents après 3 mois ou remplacement en cas de suspicion clinique, biologique ou échographique de cholostase ou d’inflammation. Dans le premier groupe de 39 patients il y a eu 3 angiocholites et un décès. Dans le second groupe de 39 patients, il y a eu 14 angiocholites et 3 décès. Un stenting prolongé a permis la disparition des calculs dans un peu plus de la moitié des cas (45/78), donnée intéressante. La discussion insiste sur la difficulté d’un diagnostic précoce de l’angiocholite, non amélioré par des examens biologiques de routine. Tout cela justifie la recommandation du changement systématique du stent (ou l’extraction si elle devient possible).

 

Complete biopsy resection of diminutive polyps. Y. SUK. YUNG.

ENDOSCOPY 2013; 45: 1024-1029.

La biopsie exérèse à la pince (cold biopsy forceps polypectomy) est souvent utilisée. Cette étude ingénieuse a évalué l’exérèse de 86 petits polypes en utilisant après biopsie-exérèse d’abord une chromoendoscopie et ensuite une résection muqueuse endoscopique (EMR) pour vérifier la présence éventuelle de tissu prolifératif persistant. L’exérèse a été complète dans 90,7% des cas et 92,7% dans le sous-groupe des polypes adénomateux. Les auteurs insistent sur l’inspection soigneuse après biopsie exérèse, suivie de chromoendoscopie à l’indigo carmin, qui justifiera des biopsies complémentaires éventuelles permettant les bons résultats obtenus.

 

Updating the management of patients with rectal neuroendocrine tumors. L. DE MEISTER.

ENDOSCOPY 2013; 45: 1039-1046.

Dans le bilan, l’échoendoscopie s’impose. La résection endoscopique n’est suffisante que dans les lésions de moins de 10 mm et dépourvues de facteurs péjoratifs (index méstatique élevé – invasion lymphovasculaire – invasion musculaire). Excellent article résumant l’attitude recommandée actuellement.