clinical-gastroenterology-and-hepatology-0909
Septembre 2009

Clinical Gastroenterology and Hepatology

Pour rappel, ou pour ceux qui l’ignorent, il s’agit d’une revue « fille » de GASTROENTEROLOGY qui comme le titre l’indique est plus clinique.

 

Education practice: A 24-year old pregnant woman with inflammatory bowel disease. JK HOU.

CLINICAL GASTROENTEROLOGY AND HEPATOLOGY 2009; 7: 944-947.

Une revue du problème de MICI et grossesse à propos d’une jeune patiente ayant une maladie de Crohn traitée par infliximab et qui arrête son traitement quand elle est enceinte… et rechute. Avant une grossesse souhaitée, il faut arrêter le methotrexate, en cas de prise de sulphasalazine prescrire 2 mg d’acide folique par jour, et obtenir une maladie quiescente. Les traitements d’entretien peuvent être poursuivis pendant la grossesse. En cas de rechute, il faut rechercher une surinfection (coproculture), en cas d’imagerie, utiliser la résonance magnétique (sans gadolinium), en cas d’endoscopie se limiter à une sigmoïdoscopie sans sédation. Si un traitement est initié, des stéroïdes peuvent être prescrits, un anti TNF peut être initié (ou poursuivi en cas de traitement d’entretien jusqu’au début du 3 ième trimestre). Après l’accouchement, l’allaitement est permis en cas de traitement aux aminosalicylates, aux stéroïdes, aux anti TNF et probablement à l’azathioprine.

 

Effect of zolpidem on the sleep causal response to nocturnal esophageal acid exposure. GS GAGLIARDI.

CLINICAL GASTROENTEROLOGY AND HEPATOLOGY 2009; 7: 948-952.

La prise de zolpidem réduit le réveil lié au reflux gastrooesophagien, prolonge la durée de chaque reflux et pourrait donc augmenter le risque de complications liées au reflux.

 

Effects of gastroesophageal reflux disease on sleep and outcomes. R. MODY.

CLINICAL GASTROENTEROLOGY AND HEPATOLOGY 2009; 7: 953-959.

Parmi plus de 1000 « réfluxeurs » répondant à une enquête 89% ont des symptômes nocturnes, 68% des difficultés de sommeil, 49% ont difficile à s’endormir et 58% à rester endormis!

 

A population-based study showing an association between gastroesophageal reflux disease and sleep problems. C. JANSSOM.

CLINICAL GASTROENTEROLOGY AND HEPATOLOGY 2009; 7: 960-965.

L’étude de plus de 50000 norvégiens confirme une relation entre le reflux et des problèmes de sommeil.

 

A propos de ces 3 articles, un éditorial confirme l’importance du problème (sleep-related gastroesophageal reflux: evidence is mounting): la majorité des patients avec reflux ont des symptômes nocturnes (menant à des reflux plus long, une œsophagite plus sévère, etc…), un sommeil perturbé, une journée plus fatigante, bref une qualité de vie perturbée. Une raison de plus de s’intéresser au sommeil de nos patients!

 

Pancreatic cancer patients who smoke and drink are diagnosed at younger age. RE BRAND.

CLINICAL GASTROENTEROLOGY AND HEPATOLOGY 2009; 7: 1007-1012.

Chez les fumeurs, le cancer du pancréas survient 6 à 8 ans plus tôt et ceci est (légèrement) aggravé chez les buveurs (8 à 10 ans plus tôt).