clinical-gastroenterology-and-hepatology-1210
Octobre 2012

Clinical Gastroenterology and Hepatology

Diagnosis and management of eosinophilic esophagitis. ES. DELLOW

CLIN GASTROENTEROL HEPATOL 2012: 10: 1066-1078.

L’œsophagite à éosinophiles est une condition clinicopathologique car nécessitant symptômes et anomalies objectives dont aucune n’est spécifique. Les auteurs proposent une approche diagnostique globale et revoient tous les éléments diagnostiques et thérapeutiques. Les symptômes (par exemple une dysphagie chez un sujet jeune avec une endoscopie normale, ou une impaction œsophagienne sans cause) mènent à une endoscopie avec des biopsies œsophagiennes. Si une de celles-ci montre plus 15 éosinophiles par champ, il faut d’abord exclure d’autres causes telle une gastroentérite à éosinophiles. Il faut ensuite donner un traitement antireflux: IPP simple ou double dose matin et soir pendant 8 semaines. En effet, il existe une entité répondant aux antisécrétoires: l’éosinophilie œsophagienne répondant aux IPP. Ce n’est qu’alors que le traitement classique de stéroïdes topiques ou de régime antiallergique est instauré. Suite dans l’article très bien documenté.

 

Robot-assisted endoscopic submucosal dissection is effective in treating patients with early-stage gastric néoplasia. SJ. PHEE;

CLIN GASTROENTEROL HEPATOL 2012: 10: 1117-1121.

Juste pour votre culture générale: les robots arrivent. « Robotic endoscopy: A small case series, a giant step for endoscopy » dit l’éditorial commentant l’article.

 

Gastroprotective therapy does not improve outcome in patients with Helicobacter pylori-negative idiopathic bleeding ulcers. GLH. WONG.

CLIN GASTROENTEROL HEPATOL 2012: 10: 1124-1129.

663 patients ont été suivis une moyenne de 32 mois après une hémorragie digestive d’origine ulcéreuse, en l’absence d’HP. 85% ont eu un traitement gastroprotecteur dans le suivi. Une récidive hémorragique a été observée pour 3,8 pour 100 personnes/année, soit un taux semblable à ceux qui n’ont pas eu de traitement gastroprotecteur, et nettement supérieur aux patients éradiqués pour HP (1,1%).

 

Patients with celiac disease have an increased risk for pancreatitis. O. SADR-AZODI

CLIN GASTROENTEROL HEPATOL 2012: 10: 1132-1146.

L’analyse du registre suédois de cœliaques (n=28.908) montre que le risque de pancréatite aigue est multiplié par 2 et celui de pancréatite chronique par 3.