clinical-gastroenterology-and-hepatology-1005
Mai 2010

Clinical Gastroenterology and Hepatology

EDUCATION PRACTICE – Acute pancreatitis Part 1: Approach to early management. BU. WU.

CLIN GASTROENTEROL HEPATOL 2010; 8: 410-416.

Les trois étapes initiales de l’approche de la pancréatite aigue sont détaillées: évaluer la sévérité – réanimation initiale – déterminer l’étiologie. Pour évaluer la sévérité, il existe différents scores dont le BISAP: Blood urea nitrogen >25 (CAD urée >50) – Impaired mental status – Sirs (réponse inflammatoire systémique: tachycardie – polypnée – température – leucocytose …) – Age >60 – Pleural effusion. La présence de 3 signes ou plus permet de prédire une mortalité accrue. La réanimation initiale comprend réplétion volémique – oxygène – analgésie parentérale. La réplétion volémique initiale doit être suffisante pour maintenir un début urinaire de minimum 0,5 ml/kg/heure et souvent peut atteindre plusieurs litres de sérum physiologique par jour. La recherche étiologique inclut l’anamnèse (en particulier des médicaments), le dosage des transaminases, du calcium, des triglycérides et traite une échographie à la recherche de lithiase vésiculaire.

 

L’article suivant, par les mêmes auteurs, traite du suivi: stratégies préventives – recherche des complications locales – recherche des complications systémiques avec également un schéma résumé très didactique.

 

Some patients with irritable bowel syndrome may have exocrine pancreatic insufficiency. JS. LEEDS.

CLIN GASTROENTEROL HEPATOL 2010; 8: 433-438.

Dans un groupe de 34 patients ayant un colon irritable avec de la diarrhée (selon les critères Rome 2) comparé à un groupe contrôle sans diarrhée et un autre ayant de la diarrhée, une insuffisance pancréatique – diagnostiquée par le dosage de l’élastase fécale – on retrouve 6% de pancréatites chroniques, d’origine idiopathique, dont les symptômes seront améliorés par le traitement enzymatique substitutif. Dans les deux autres groupes, aucun cas d’insuffisance pancréatique.

 

Factors that predict outcome of abdominal operations in patients with cirrhosis. DA. TELEM.

CLIN GASTROENTEROL HEPATOL 2010; 8: 451-457.

Dans un groupe de 100 cirrhotiques opérés dans une unité spécialisée de chirurgie hépatique, la mortalité (cholécystectomie – hernie ombilicale – colectomie) est de 2% dans le Child-Turcotte-Pugh A contre 12% dans les B-C. Un score de MELD >15 entraîne une mortalité de 29%, allant jusqu’à 50% en cas d’hypoalbuminémie. La transfusion peropératoire aggrave la mortalité. Un plaidoyer pour une approche spécialisée multidisciplinaire avec un protocole détaillé de suivi (ex: lactulose dès le 1 er jour postopératoire).