clinical-gastroenterology-and-hepatology-0805
Mai 2008

Clinical Gastroenterology and Hepatology

CLINICAL IMAGING. When should abdominal magnetic resonance imaging be used? GONCALVES JA.

CLINICAL GASTROENTEROLOGY AND HEPATOLOGY 2008; 6: 610-615.

Antérieurement, précision diagnostique et coût étaient les deux critères majeurs; actuellement la sécurité de l’examen (safety) est devenu le deuxième critère majeur, faisant “reculer” le CT scan. L’allergie aux produits iodés est connue depuis longtemps – la toxicité rénale de ceux-ci est plus récente – l’oncogénicité est plus récente (un ct abdominal simple (10 millisiverts) est associé à un risque de cancer fatal de 1/2000. Cela doit faire réfléchir avant de proposer un scanner à un jeune adulte, avant d’envisager des examens répétés. Outre les CI du CT scan, les indications de la résonance magnétique sont : l’imagerie hépatique, biliaire et pancréatique, la majorité des examens pour détection et staging de cancer, suivi d’IBD, les examens pelviens, l’étude des gros et des moyens vaisseaux. Le CT scan garde l’avantage pour : les maladies pulmonaires – la recherche de calculs (rénaux ou pancréatiques) – les trauma aigus – les soins intensifs quand la localisation de tubes et cathéters est nécessaire – les maladies des petits vaisseaux (coronaires).

 

Thiopurine dose in intermediate and normal metabolizers of thiopurine methyltransferase may differ three-fold. GARDINER SH.

CLINICAL GASTROENTEROLOGY AND HEPATOLOGY 2008; 6: 654-60.

Tester la TPMT (thiopurine methyltransferase) par génotype ou phénotype (activité enzymatique intraérythrocytaire) a pour but de détecter les 0,3 à 0,6% de patients à activité enzymatique négligeable et donc à risque d’aplasie élevé. Les doses nécessaires pour atteindre des doses thérapeutique de GTGN différent entre ceux qui métabolisent normalement l’azathiopine chez lesquels les doses peuvent être de 3 mg/kg, en commençant par 2 mg/kg pour éviter les autres toxicités ou 1 mg/kg en commençant par 0,5 mg/kg chez les patients ayant un métabolisme intermédiaire.